Auteur : Jérémie R.

APPEL DE LA FÉDÉRATION PROTESTANTE DE FRANCE POLITIQUE, ÉTHIQUE ET SOCIÉTÉ

Communiqué de la Fédération protestante à propos des élections présidentielles françaises :

 

 » Pour notre démocratie, pour notre pays, pour notre société s’approche l’heure de choix décisifs que cristallise l’élection du Président de la République.
En ce moment particulier, nous, Églises, communautés, œuvres et mouvements que réunit la Fédération protestante de France, nous, la famille protestante, héritiers de 500 ans d’une histoire si souvent violente et tourmentée qui nous fait mesurer le prix inestimable de la paix civile et de la concorde religieuse, nous qui sommes à tous niveaux fortement impliqués dans la vie de la Cité, mais qui avons porté à l’origine et faisons vivre et rayonner la laïcité, nous minorité parmi les minorités, c’est à l’ensemble de nos concitoyens que nous voulons adresser, dans toute leur diversité, précisément depuis cette place singulière qui est la nôtre dans notre pays. Non pas aux seuls paroissiens du « petit troupeau » protestant, mais à chacun qui aujourd’hui au vu de la campagne électorale telle qu’elle se déroule doute, hésite, se pose la question de son vote. Et c’est à l’ensemble des candidats que nous voulons exprimer nos inquiétudes et nos convictions.

 
Nous croyons à la noblesse et à la grandeur du politique. Nous sommes viscéralement attachés à la démocratie, que nos Églises vivent dans leur organisation interne depuis la Réforme. Nous considérons que dessiner un projet d’avenir collectif pour notre communauté nationale dans des contextes plus difficiles et plus incertains que jamais est une tâche majeure. Nous aspirons à la confrontation sincère et franche des idées, des questions, des propositions, pour que chacun fasse selon un esprit de libre examen qui est au fondement de nos convictions le choix éclairé́ qui lui appartient, et à lui seul. Le débat est la vie démocratique même. Le dialogue peut être rude, tendu, incisif, dérangeant. Mais quand il devient jeux de postures, propos cyniques, horions verbaux, quand il élude les sujets de fond pour se focaliser sur des rivalités de personnes, quand il s’abstrait de l’exigence du respect de l’autre, quand il se dissout dans un théâtre d’ombres où l’on privilégie plutôt que l’effort de vérité la mise en accusation, quand l’auto-absolution vaut excuse publique, alors ce n’est pas seulement l’autorité et la dignité de la fonction à laquelle on aspire qui est compromise, c’est la politique même, sa vocation essentielle, sa légitimité qui est mise en cause. Et c’est en définitive la démocratie que l’on sape. Monte en effet une colère, s’avivent des frustrations, grandissent des tensions qui se renforcent les unes les autres au risque, nous le sentons bien, de remettre en cause d’abord insidieusement, puis brutalement peut-être un jour, ce qui nous rassemble autour de valeurs partagées et d’une même conception de faire société. Le climat devient de plus en plus délétère, fait de suspicion et de méfiance qui s’exacerbent. La violence affleure déjà quand l’interpellation n’est pas entendue, quand les attentes ne sont pas prises en compte, quand les réponses sonnent faux, quand l’espérance collective est mise à mal par la force coalisée d’intérêts particuliers.

 
Il est de la responsabilité première de ceux qui aspirent à la plus haute fonction de notre pays de casser cette dangereuse spirale du pire. Redonner tout son sens à la politique ne peut se réussir que dans le retour à l’éthique.

 
Éthique de comportement d’abord : ne pas s’excepter soi-même de l’effort qu’on demande aux autres, ne pas se mettre en risque de conflit d’intérêt par rapport aux intérêts particuliers et aux groupes de pression, ne fût-ce que par l’apparence, faire des moyens publics un usage parcimonieux et frugal, ne jamais oublier que la finalité de la politique c’est se mettre au service d’autrui, ce sont les conditions indispensables à la confiance sans laquelle rien de grand, rien de durable ne peut être fait, quelle que soit la majorité électorale dont on dispose.

 
Éthique de conviction ensuite : ne pas céder à la facilité des discours trompeurs et enjôleurs, construire et porter un projet exigeant à la hauteur des enjeux d’un monde incertain et d’une société à la peine et qui rouvre l’avenir, savoir l’incarner et le faire partager, mettre en son cœur ce qui lui donne sens en termes de valeurs, avoir pour seules boussoles le bien commun, la justice et la solidarité, voilà les leviers qui rendent possibles les changements nécessaires, si hardis soient-ils, non pas dans la facilité – ne tombons pas dans un irénisme béat !- mais dans la ténacité de l’effort que guide l’intérêt générale.

 
Éthique de responsabilité enfin : ne pas faire de promesses intenables, ne pas sacrifier les réformes indispensables dans le temps présent à l’illusion des utopies pour demain, dire ce que l’on va faire et ensuite faire ce que l’on a dit, ce n’est pas se résigner à une fatalité qui éviterait d’agir, ce n’est pas se borner à gérer le quotidien, c’est redonner à la politique sa vérité : elle n’est pas une pensée magique, mais un levier de transformation étape après étape de notre société autour d’orientations partagées et d’un sens retrouvé. Elle n’est pas le fait d’un homme seul, elle est le fruit d’un élan collectif.
L’élection présidentielle est bien ce moment de vérité : sur nous-mêmes, qui avons tendance à trouver refuge dans la sphère de l’individuel quand se joue l’avenir de notre société ; sur cette dernière, fragilisée et si souvent fracturée, ballottée de crise en crise, en perte grandissante de repères stables dans un monde qui change à toute vitesse, et où montent les inégalités et les injustices ; sur ceux qui aspirent à nous gouverner, leur personnalité et leurs projets ; sur notre courage à affronter ensemble les difficiles changements nécessaires.
Parmi tant d’autres, plusieurs problématiques sont pour nous, protestants, emblématiques de notre capacité à construire un monde meilleur, pour nous- mêmes et pour nos enfants :

 
Une société solidaire qui s’enrichisse de toute sa diversité : jeunesse, handicap, égalité hommes-femmes.
Une société ouverte et accueillante à la différence : la laïcité, l’accueil de l’exilé.
Une société qui promeuve une autre approche de l’économie : économie sociale et solidaire, changement climatique et transition énergétique.
Une société bienveillante qui ne réduit personne à la somme des ses échecs ou de ses fautes : justice restaurative.

 
Chrétiens, nous ne sommes jamais las de l’espérance que porte l’Évangile. Nous croyons fermement que l’avenir se construit, pour les personnes comme pour la société, car nul n’est assigné à une situation ou à un destin. Nous refusons de nous résigner à des injustices parfois présentées comme des fatalités : le renvoi de l’individu à sa solitude : l’humanité se tisse dans la relation, l’échange est au fondement de toute solidarité ; la compétition des personnes : nul n’a à se justifier d’exister, nul ne saurait être réduit à ses succès ou à ses échecs ; la méfiance instituée, les incessantes mobilités qui épuisent les plus faibles, la précarité érigée en système de règulation sociale, les peurs entretenues ; la déresponsabilisation, la réduction au statut de victime ou d’assisté : chacun peut être le premier acteur de sa vie.

 
C’est pourquoi nous appelons ceux qui se présentent à l’élection à la présidence de la République à porter le projet d’une société plus juste, plus fraternelle, plus riche d’avenir pour chacun, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, quelles que soient ses origines, son histoire, sa religion, ses convictions philosophiques et politiques, la société de confiance et d’espérance qu’attend désespérément notre pays pour un nouvel élan qui le rassemble.
C’est pourquoi nous appelons nos concitoyens à refuser avec nous, « qu’ils croient au ciel ou qu’ils n’y croient pas », les crispations identitaires qui se manifestent aujourd’hui avec toujours plus d’intensité pour affirmer au contraire la liberté irré́ductible, la valeur irremplaçable et la singularité essentielle de tout homme et de toute femme, sur quoi repose notre République. »

 

Source : FPF/BIA

 

Sur un air de… repas de l’amitié à Anduze

Sur un air de… était le thème du désormais traditionnel REPAS DE L’AMITIE organisé par les jeunes de la troupe J.A d’Anduze-Avignon et qui s’est déroulé au Moulin de l’Ayrolle le samedi 4 mars.

Du plus petit au plus grand, depuis plusieurs semaines, chacun s’active pour élaborer le menu, imaginer puis réaliser la déco, préparer les animations, lancer les invitations et recueillir les inscriptions. La veille au soir, tout le monde est déjà sur place au Moulin de l’Ayrolle et, accompagnés par leurs animateurs, tisons, explos et compagnons sont déjà à pied d’œuvre pour faire de cette soirée un moment réussi : qui à l’installation de la salle, qui à l’épluchage des légumes, qui à la réalisation des éléments de décor…  Les bourgeons eux les rejoindront le lendemain dans l’après-midi.

Le sabbat matin chaque troupe profite d’un temps spirituel adapté, sur le thème « Le passeport de l’amitié », dans le cadre idéal du Moulin de l’Ayrolle par une belle journée ensoleillée. Quand le soir arrive tout est fin prêt. Les 40 jeunes de la troupe sont parés à accueillir leurs 120 invités : membres d’églises venus avec leurs amis, leurs voisins… parents de J.A, voisins du Moulin de l’Ayrolle… copains de classe…

Les tables sont décorées sur les différents styles de musique et de danse. Chacun a sa place : la troupe des compagnons en cuisine, les explos et les tisons au service en salle, aidés par quelques bourgeons. Le repas est servi à l’assiette et les animations assurées par les jeunes eux-mêmes : chants, danse, jeux… où tout le monde participe.

Ce qui est touchant dans cette soirée c’est non seulement l’application des jeunes à bien faire mais surtout leur implication totale dans le service. Aux petits soins de leurs invités, toujours avec le sourire et pleins de gentillesse.

C’est beau de voir un explorateur proposer à un bourgeon « Tu veux porter le pot-à-eau ? ça te ferait plaisir ? » et de voir le visage du bourgeon s’illuminer devant tant de responsabilité sous le regard approbateur d’un « grand ».  Ou de voir se mélanger dans un quadrille Country toutes les générations, sans oublier la générosité avec laquelle chacun offre chants et danses. Le coin photo fixe les moments d’amitié dans une ambiance chaleureuse.

Le travail en coulisses est effectué avec énergie. Car il en faut de l’énergie pour faire la plonge le soir même et nettoyer la salle et la cuisine le lendemain matin ! Là, ce sont les plus grands qui s’y collent. Ces ados dont on dit qu’ils sont « grincheux » et ne veulent « jamais rien faire »… il faut les voir à l’œuvre !

Ce repas est un temps fort dans la vie de notre église et les bienfaits nombreux. Il s’inscrit dans une série d’actions menées par les jeunes non seulement pour créer du lien mais aussi pour financer leurs projets.

Durant la soirée, un chant d’entrée et un petit discours permettent de présenter les activités J.A de l’année et solliciter un soutien financier pour les projets en cours. Il y a deux ans,  grâce aux dons récoltés durant le repas de l’amitié ainsi que d’autres actions menées par les jeunes (marchés de Noël, marchés aux puces, vente de cartes…), c’est l’intégralité de la troupe explos d’Anduze -Avignon qui a pu participer au Camporée en Suisse. Cette année le challenge est de réussir à financer en partie le voyage à Valencia (Espagne) de la troupe Compagnons. Pour y parvenir, jeunes et animateurs ne ménagent pas leur peine.

BRAVO LES JEUNES !

BRAVO LES ANIMATEURS !

MERCI aux « amis » pour leur présence et leur participation.

Ce repas est un magnifique vécu du SERVICE et du PARTAGE dans la JOIE et la BIENVEILLANCE. Et ça… ce sont les merveilleux cadeaux de notre Seigneur !

 

Virginie VDD

Camps UFBJA 2017

Voici notre nouveau catalogue des camps pour 2017. Cette année encore, notre objectif est d’apporter aux enfants et aux jeunes une expérience de fraternité et de foi.

Afin de mieux répondre aux attentes des familles et des jeunes, nous avons ouvert plus de possibilités de séjours. Vous trouverez maintenant des séjours pour les vacances de février et d’avril pour inscrire vos enfants dans une dynamique aux activités exceptionnelles.

Vous découvrirez l’actualité de nos camps sur : www.jeunesse-adventiste.org.

Comme toujours, notre volonté est de garantir un encadrement de qualité, dans une ambiance chrétienne et respectueuse des valeurs humaines. Tous nos séjours sont déclarés à la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) pour que les exigences de sécurité requises soient respectées.

Les directeurs de camps sont spécialement attentifs à la qualité de vie et relationnelle des jeunes et enfants. Ils préparent actuellement leur projet pédagogique dans ce sens.

Toutes nos équipes pédagogiques se feront une joie de donner le meilleur pour votre enfant.

Bienvenue dans nos séjours !

Pascal Rodet – Président de l’Union Franco-Belge de le jeunesse Adventiste

Aventure « Share Him » 2017 à Abidjan

Plusieurs étudiants ressortissants de la FFS participent à une campagne d’évangélisation Share Him.

Le prédicateur est le premier auditeur d’un sermon !

Nous en avons fait l’expérience à Abidjan du 11 au 22 janvier 2017, grâce à l’association adventiste pour l’évangélisation « Share Him ». Pendant 12 jours, nous avons joint nos voix à l’action du Seigneur pour annoncer la bonne nouvelle de son prochain retour !

L’accueil fut chaleureux : les sourires, toujours aux rendez-vous, malgré la fatigue, les tensions et les coupures de courant ! La générosité et la bienveillance des églises comme des communes furent touchantes, un village allant jusqu’à mettre une voiture à notre disposition. Nous avons vécu une expérience bénie de partage et d’échange que ni la perte de bagages ni les pannes n’ont su ternir.

L’écoute, la prière et le partage au sein du groupe nous ont soutenus et renforcés dans nos liens fraternels d’amitié, et la collaboration avec les églises locales a été fructueuse puisqu’en plus des expériences humaines formidables que nous avons vécues, 65 personnes ont pris, le samedi 21 janvier, la décision de faire alliance avec Dieu en recevant le baptême.

Nous avons été touchés par ces témoignages d’hommes et de femmes, répondant à l’appel du Seigneur, en dépit des conséquences parfois douloureuses. Nous revenons de cette expérience grandis et affirmés dans notre détermination de prêcher l’amour du Christ, particulièrement là où l’égoïsme et la violence détruisent et avilissent.

Nous souhaitons te remercier pour tes prières et pour tes dons qui nous ont soutenus durant ce voyage. L’amour du Christ continue de nous presser à agir pour nos frères et pour nos sœurs d’Abidjan, et nous savons qu’avec Lui, tout est possible !

« Ni par puissance ni par force, mais par l’Esprit du Seigneur » (Za 4.6)

Vous pouvez retrouver l’action de l’association Share Him ici : www.sharehim.org

Témoignage de la rencontre : « Lire la Bible … Facile à dire » ?

C’est au Moulin de Roumégous, à une heure de Toulouse, qu’un groupe de 27 ainés s’est réunis le week-end du 3-4 décembre 2016 pour le week-end « Lire la Bible… Facile à dire ».

Dans le cœur de chacun raisonnait un désir, une envie de comprendre, d’aller plus loin. Chacun dans son niveau de relation à Dieu souhaitait le redécouvrir, le rechercher encore dans sa Parole. Sont donc venus, des gens de tous horizons, adventistes de naissances, athée curieux, catholiques intéressés,…  Et chacun, dans sa différence, a appris à lire la Bible un peu mieux ou un peu différemment.

Pour nous aider, Doris Vargas Hordosch a accepté de nous conduire dans cette démarche. C’est elle qui a animé nos moments de partage afin de nous aiguiller, de nous donner des pistes de lecture et donc de réflexion.

Nous avons commencé par une lecture en groupe d’un passage de la fin du livre de Job. Il était question de travailler en groupe sur une compréhension de texte. Pouvoir discuter ensemble sur des questions et s’enrichir les uns les autres de nos remarques et interprétations.

Dans un deuxième temps, nous avons été plus « scolaires ».

Plongé dans la guérison du paralytique, raconté par Marc, nous avons creusé le texte, cherché à lire chaque mot, appréhender le sens de chacun. Et c’est ainsi, grâce à l’analyse des personnages, des déplacements, des positionnements, des paroles dites et non dites, que nous avons pu arriver à une lecture authentique du texte.

Cette lecture a bouleversé. Elle a éveillé en nous des interrogations, des remises en questions de certaines de nos vérités. Et puis ça nous a donné envie. Nous avions envie de recommencer sur d’autres textes, de passer des heures, comme nous l’avions fait, sur quelques versets pour en saisir une intensité qui bouleverse.

En fin de week-end, Doris nous a appris comment prier à l’aide d’un texte, comment exprimer nos émotions et se laisser toucher par celles suscitées. C’est donc une nouvelle lecture du Psaumes 24 qui nous a révélé un message : Dieu guérit, Dieu prend soin, Dieu vient nous chercher dans le tréfonds de notre existence, Dieu nous accompagne dans le vécu d’émotions désagréables, Dieu nous décharge.

Ce week-end a été un moment fort, un moment de rencontres. D’abord parce qu’à travers les moments partagés, nous avons vécu une véritable convivialité, nous avons partagé l’amitié, les joies et les peines. Nous avons appris à connaître de nouvelles personnes et nous avons redécouvert Dieu dans son mystère.

Nous sommes tous repartis avec quelque chose qui nous avait davantage touchés, quelque chose que Dieu avait cherché à nous dire ce week-end. Mais nous avons tous su saisir la beauté de la Parole et le pouvoir de cette Parole.

Encore une fois, nous avons pu saisir l’ampleur de l’Amour que Dieu nous porte, son envie de nous guérir, de nous faire du bien, d’être en relation avec nous, de nous soutenir, …

Lire la Bible… C’est ce que chacun d’entre nous a envie de faire maintenant !

Delphine Aurouze

Ministère de la prière & de l’intercession : pour débuter l’année

Tous ceux qui se laissent conduire par Dieu ont besoin de paix pour entrer en communion… avec lui… Quand tous les bruits se sont tus et que nous servons Dieu dans le calme, le silence de notre cœur rend sa voix plus distincte. Nous pouvons alors l’entendre déclarer : “Garde le silence et sache que je suis Dieu…” Dans le tumulte des foules ou la tension d’activités trépidantes, celui qui écoute est ainsi vivifié et entouré d’une atmosphère de lumière et de paix…

« Avec Dieu chaque jour », 25 mai, p. 166, second paragraphe

En lien avec ce témoignage

Ce qui me touche, c’est que la rencontre avec Dieu se vit dans le calme, loin de l’agitation.

Ce qui m’élève, c’est que ce silence me permet de percevoir que c’est « JE SUIS » qui partage ma vie. Et je me trouve transportée dans sa grandeur (qui maîtrise l’univers), dans sa puissance (qui crée l’univers, qui m’a créée), dans son amour (qui m’entoure de toute part et qui me recrée)… L’emprise de mes circonstances est transformée par sa présence… Mon présent, quel qu’il soit, en est apaisé, illuminé, fortifié…

Ce qui m’attire irrésistiblement, c’est son accueil toujours favorable… C’est incroyable : Dieu croit toujours en nous, il nous fait toujours confiance : c’est merveilleux, ça !

 

En Colossiens 1, Paul signale quels sont ses sujets de prière : 

3 Nous remercions toujours Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, quand nous prions pour vous. 4  En effet, nous avons entendu parler de votre foi en Jésus-Christ et de l’amour que vous avez pour tous les croyants. 5  Quand le message de la vérité, la Bonne Nouvelle, est parvenu pour la première fois chez vous, vous avez appris ce que Dieu vous réserve dans les cieux : votre foi et votre amour sont fondés sur cette espérance.

6  La Bonne Nouvelle se répand et porte des fruits dans le monde entier, tout comme elle l’a fait parmi vous depuis le jour où, pour la première fois, vous avez entendu parler de la grâce de Dieu et avez découvert ce qu’elle est véritablement. …

9  C’est pourquoi nous ne cessons pas de prier pour vous, depuis le jour où nous avons entendu parler de vous. Nous demandons à Dieu de vous faire connaître pleinement sa volonté, grâce à toute la sagesse et l’intelligence que donne son Esprit. 10  Ainsi, vous pourrez vous conduire d’une façon digne du Seigneur, en faisant toujours ce qui lui plaît. Vous produirez toutes sortes d’actions bonnes et progresserez dans la connaissance de Dieu. 11  Nous lui demandons de vous fortifier à tous égards par sa puissance glorieuse, afin que vous puissiez tout supporter avec patience. 12 ¶  Remerciez avec joie Dieu le Père : il vous a rendus capables d’avoir part aux biens qu’il réserve dans le royaume de lumière à ceux qui lui appartiennent.

  • Paul se réjouit de la foi, de l’amour et de l’espérance que manifestent parmi les Colossiens : Puissions-nous, à notre tour,  en cette année nous réjouir de la foi que nous constatons chez autrui.
  • Paul se réjouit de la propagation de la Bonne Nouvelle dans le monde entier : sachons prier de la même manière
  • Paul prie pour la fortification spirituelle des Colossiens et l’action de l’Esprit dans leur vie, afin qu’ils puissent se conduire d’une manière digne du Seigneur et être rendus capable d’avoir part aux biens que Dieu réserve dans son royaume à ceux qui lui appartiennent : une belle thématique d’intercession pour des gens que nous aimons

Veni, vedi, vici (je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu)

Pourquoi ne pas organiser un week-end qui mêlerait temps spirituels et divertissement pour les ainés ?

C’est le défi un peu fou que s’est donné une équipe de jeunes de l’église de Grenoble ainsi que du groupe du Voironnais.

C’est donc à Pordatach dans la Drôme, que se sont retrouvés tous les aventuriers.

Rhodes, Gizeh, Halikarnasos…. Telles étaient les cités antiques que les participants devaient faire prospérer et mener à la victoire.

Basé sur un jeu de plateau stratégique, les 5 équipes ont dut s’affronter dans des jeux divertissants, de réflexions ou plus sportif afin de gagner des points de victoire pour leur cité.

A contrario les moments spirituels, se sont vécus dans une atmosphère propice au partage et à l’étude de la Bible. Les sujets choisis, en rapport avec le thème tel que  « La tour de Babel » ou « l’Egypte » ont permis à chaque participant d’être amené à réfléchir sur sa  relation personnelle avec Dieu d’une manière très profonde, le tout mené par le pasteur chargé du Ministère auprès des Aînés Lionel Hinard.

Les réactions au sujet du week-end ne se sont pas faites attendre : « Génial », « Juste ce qu’il me fallait », « A quand le prochain ». De petites phrases qui tournent sans cesse dans la tête des animateurs et qui me font dire : « Seigneur pour quelle aventure nous prépares tu encore ? »

Janiella Brocia, église de Grenoble.

Pastorale Auvergne-Rhônes-Alpes : « le Dieu de la Bible a un plan pour les musulmans »

Vous l’avez peut-être remarqué : vos pasteurs vous disent se rendre régulièrement en « pastorale. » Si pour certains l’information semble limpide, pour d’autres, elle ne manque pas de susciter quelques interrogations. Est-ce bien nécessaire ? Qu’y font-ils ? Vous avez certainement les vôtres. Tentons d’en lever quelque peu le voile…

La pastorale régionale Auvergne-Rhônes-Alpes a tenu sa rencontre le Jeudi 3 novembre dernier avec un ordre du jour bien précis.

A chaque fois que nous le pouvons, nous témoignons du vécu de nos communautés : les joies, les peines mais aussi les défis que nous souhaitons porter devant le Seigneur. Nous devons bien constater que cet échange, en plus de nous encourager mutuellement, nous offre la possibilité d’accompagner plus finement certaines situations et permet une meilleure coordination des efforts dans l’intercession.

Une fois ce tour de table effectué, un temps de méditation – cette fois-ci au travers d’un échange autour des péricopes sur l’espérance du tombeau du Christ vide – nous amène à un moment de partage autour d’un repas. Celui-ci est préparé comme à son habitude, c’est à dire « aux petits oignions, » par notre responsable évangélisation fédérale, Guy Roullet. Ce temps est aussi l’occasion d’échanges informels débouchants parfois sur des invitations des uns & des autres pour répondre aux besoins de nos communautés.

La journée continue avec – et ce sera une constante pour les pastorales futures de cette région – la préparation & le suivi des formations Jump Campus qui commencent en ce mois de novembre. N’hésitez-pas à consulter les informations disponibles sur ce site ou à vous rapprocher de votre pasteur.

Le Dieu de la Bible a un plan pour les musulmans…

Enfin, comme à chacun fois, un sujet thématique est abordé avec un invité dont c’est la spécialité. Pierre Kempf, dont le ministère consiste aujourd’hui sur Lyon à partager l’évangile aux personnes d’origine musulmane, a présenté ce en quoi le texte biblique faisait une place toute à fait particulière à la branche « Ismaélite » dans la généalogie d’Abraham. Loins des clichés habituellement ressassés sur l’apparente irréconciliabilité des descendants d’Ismaël & d’Isaac, la Bible pointe la « chance » que les uns peuvent être pour les autres dans le plan Divin.

Si vous êtes intéressés par ce sujet « brûlant » dans l’actualité mais « apaisé » dans la perspective biblique que Pierre Kempf décrit, n’hésitez-pas à l’inviter dans votre communauté.

Les pasteurs sont reconnaissants auprès de Dieu mais aussi après de notre fédération pour ces temps de ressourcement leur permettant de vivre le ministère dans une collégialité enrichissante. Ajoutons peut-être ceci : cette collégialité n’aurait pas beaucoup de sens si elle n’était pas reliée à la Vision que notre fédération trouve dans le texte biblique, de même qu’elle perdrait en force si elle n’était pas le prolongement des comités oeuvrant pour le Seigneur au coeur de nos églises locales.

Semaine de prière 2016 : « Tous missionnaires ! »

Le « mandat évangélique» est l’un des passages les plus connus de la Bible : « Jésus s’approcha et leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.» (Mt 28.18-20)

Dans ce mandat, le Christ exhorte ses disciples à devenir des missionnaires et à apporter l’Évangile au monde entier. Mais cet ordre, donné il y a 2 000 ans, est-il toujours d’actualité? Quelle est notre mission? Dans notre culture post­moderne, qu’est-ce que le rôle de missionnaire implique?

A l’occasion de cette semaine de prière spéciale, nous nous focaliserons sur la mission. Chaque jour présentera un nouvel aspect de cet important sujet : En quoi consiste la mission de Dieu? De quelle façon chacun d’entre nous peut-il être un missionnaire? Nous examinerons ce que signifie rencontrer Jésus et être missionnaire avec lui.

L’amour pour Dieu et pour nos semblables est le fondement même de la mission. Au cours de la semaine, nous aborderons également deux sujets importants : la conviction de ce que nous croyons, et l’intégration des nouveaux croyants au sein de la communauté de foi. Enfin, nous plongerons nos regards dans l’avenir, dans ce temps où la mission sera accomplie. Ne manquez pas un seul jour de ces lectures inspirées, édifiantes, fondées sur la Bible !

Je vous invite à vous joindre à moi tandis que dans un esprit de prière, nous considérons ces importants sujets. Qui que vous soyez, où que vous habitiez, ou quoi que vous fassiez, engagez-vous à être un missionnaire pour Jésus ! Puisse le Seigneur nous bénir alors qu’en tant que famille de l’église mondiale, nous nous réunissons pour étudier et prier en cette semaine de prière spéciale.

TED . C. WILSO
Président de l’Église Adventiste du Septième Jour.

Note de la Fédération France Sud : le mode de distribution du support papier étant aujourd’hui assuré via la revue « Adventiste Word, » le nombre d’exemplaires disponibles est malencontreusement indexé sur les quantités habituellement disponibles dans vos églises. En attendant une réévaluation des besoins pour le futur, une version numérique est donc disponible à toute fin utile.

 

Cycle de formation JUMP Campus en région, c’est bientôt !

« Tout comme Jésus, le disciple est là pour servir, s’impliquer dans la mission confiée à l’Eglise. La Fédération avec les pasteurs et les professeurs de la FAT propose une formation de disciples engagés. Celle-ci se déroulera à simultanément à Lyon, Nîmes et Bordeaux à raison de 3 dimanches par an. Le premier rendez-vous est fixé au 27 novembre 2016. Pour plus de renseignement, veuillez télécharger le prospectus de votre région puis le bulletin d’inscription . »