C'est arrivé Dans notre fédération Louange Témoignage

« Les ombres chinoises » : un album pour percevoir un Dieu bien réel

Dans la francophonie, le pasteur Gaël Cosendai commence a se faire connaître pour ce style folk si particulier qu’il met au service d’une réflexion empreinte de références bibliques.

“J’aime l’univers folk pour son côté introspectif, personnel, sa valorisation de la communauté et du partage, son attitude décontractée et ouverte, son sens de la narration qui stimule l’imaginaire” nous dit-il.

C’est ainsi qu’il donne naissance à ces deux premiers albums : “Dieu au téléphone” en 2006 et “Nos liens” en 2010. Et puis… une longue pause pour tous ceux qui attendaient impatiemment la suite de l’histoire… Se renouveler, trouver un angle nouveau pour parler de Celui qui travaille les coeurs… et sans doute aussi, s’installer dans cette vie pastorale si particulière qui constitue aujourd’hui le rythme quotidien de l’auteur sur Toulouse.

C’est peu dire si “l’ombre” de ce nouvel album (désolé pour le jeu de mot facile) a planée durant quelques années avant d’éclore dans un jeu de lumières qui ravira les curieux comme les connaisseurs.

Laissons Gaël nous parler du processus créatif de l’album “Les ombres chinoises” :

«Je cherche à témoigner de Dieu avec des mots non-religieux. Et l’un des grands mystères de la foi, c’est de croire en un Dieu qu’on ne voit pas. J’aurais bien aimé que Dieu m’apparaisse un jour dans un nuage de lumière et entendre sa voix me dire qu’il existe. Mais ce n’est jamais arrivé. Alors j’ai regardé dans la Bible pour essayer de comprendre comment cette question était abordée. Les chansons du nouvel album témoignent de cette recherche et je l’ai résumée dans cette idée des ombres chinoises.

D’abord, dans un théâtre d’ombres, on raconte des histoires. Qui n’aime pas une bonne histoire ? La Bible contient beaucoup plus de récits que de discours théologiques, et je pense que ce n’est pas un hasard. Dieu nous parle à travers des histoires vécues et des témoignages parce que cela nous rejoint dans notre expérience personnelle. Ensuite, la Bible décrit ce que nous connaissons sur cette terre comme « l’ombre des choses à venir » (Hébreux 10.1), des images déformées et obscures de ce que nous connaîtrons un jour parfaitement (1 Corinthiens 13.8-12). Et dans un théâtre d’ombres, il y a un voile qui fait apparaître les silhouettes mais en même temps qui les cache, comme ce voile sur le visage de Moïse qui atténuait le reflet de la présence de Dieu, ou le voile du temple qui cachait le lieu très saint. Quand Jésus est venu, ce voile est tombé, et nous sommes passés des ombres à la lumière (Matthieu 4.16).

Aujourd’hui nous mettons notre confiance dans ses paroles, qui attendent encore leur pleine réalisation. Dans la foi, on apprend donc à percevoir avec d’autres sens que la vue, pour nous rendre compte que c’est bien réel. C’est de cette longue histoire et ses conséquences dans ma vie dont je témoigne à travers les chansons de cet album.»

Vous trouverez l’album ici et encore ici.

Bonne écoute à chacun.

Propos recueillis par Jérémie Rossetti. 

Jérémie ROSSETTI

Pasteur et Auvergnat depuis quelques années, je m'occupe en partie de la communication de ma fédération d'église.

Related Posts

Skip to content